• Françoise Hardy a tout prévu pour Thomas : "J'ai rédigé un testament"

    Françoise Hardy a tout prévu pour son fils Thomas : "J'ai rédigé un testament"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sa santé et ses propos sur l'euthanasie ont beaucoup fait parler ces dernières semaines. Affaiblie par un cancer du naso-pharynx, Françoise Hardy résiste pourtant. Par amour pour son fils Thomas Dutronc, pour lequel elle a tout de même anticipé la vie sans elle.

    "Il sait bien qu'il est l'être que j'aime le plus au monde." Son entourage a beau assurer qu'elle n'est "pas sur son lit de mort", Françoise Hardy ne cache rien de son martyre au quotidien que seule la contemplation d'une photo de son fils Thomas, dans les bras de son père Jacques Dutronc, soulage. "Elle me fait du bien", déclare-t-elle, à son tour émouvante. Nos échanges ont lieu par mail.

    Atteinte d'une tumeur au cavum diagnostiquée en 2018, l'icône est devenue sourde de l'oreille gauche et souffre d'un manque d'irrigation de la sphère ORL, effets secondaires de ses nombreuses séances de radiothérapie et d'immunothérapie. Elle s'est exprimée en faveur d'un encadrement légal de l'euthanasie en France. Pour l'instant, comme elle nous le confie sans fausse pudeur, elle a surtout pris des dispositions testamentaires en faveur de son grand garçon adoré.

    "Avec l'aide de mon notaire, j'ai rédigé mon testament il y a quelques années. J'espère laisser à Thomas de quoi payer les frais de succession exorbitants qui lui seront réclamés, ainsi que les charges qu'un studio et un appartement où habitent de très proches amis lui coûteront", nous répond l'auteure et interprète célébrée au-delà de l'hexagone au sujet de ses dernières volontés.

    "La transmission souriante" mis en place par le Professeur Axel Kahn, en phase terminale d'un cancer, l'impressionne. Mais "quand tout votre temps est régi par vos problèmes de santé, cela vous dépasse !", nuance-t-elle. "Je suis obligée de vivre au présent. Penser que je vais devoir quitter tôt ou tard les êtres que j'aime le plus au monde, imaginer leur peine, cela me fait pleurer. J'évite autant que possible", poursuit-elle.

    Si Dutronc père semble partager son avis sur l'euthanasie, leur fils Thomas a exprimé quelques réserves sur le fatalisme de sa mère. Françoise Hardy jure que le sujet n'est "pas du tout" devenu tabou entre eux. "Nous n'en parlons pas car cela va de soi et ce n'est pas d'actualité pour l'instant, corrige-t-elle. A la télévision, on est forcément mal à l'aise quand on vous oblige à aborder un sujet aussi grave et intime."

    Dutronc fils est bien le fil qui relit encore Françoise à la vie. "Thomas travaille et voyage beaucoup. Il vient me voir quand il est à Paris. Je suis de près ses activités. J'adore ce qu'il fait, chansons originales ou reprises. Il n'a pas très envie que je regarde ses prestations télévisées, mais quand on m'en informe, je ne les rate pas", s'enthousiasme sa mère, qui n'a pas pu mener une seconde grossesse à terme. A ses yeux, "Thomas aura été un fils merveilleux qui ne m'a jamais posé aucun problème, hormis cette inquiétude que les parents éprouvent en permanence pour leurs enfants." Mots d'autant plus forts que les rapports se sont aujourd'hui inversés.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :