• Il faudra que Macron soit destitué : l'appel inouï de Francis Lalanne dans TPMP

    De passage sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste ce mardi 26 janvier, Francis Lalanne a réitéré son appel, non à la démission, mais à la destitution d'Emmanuel Macron. Avant d'être recadré.

    "Macron démission", scandent les citoyens peu convaincus par les efforts du président de la République. De son côté, Francis Lalanne aurait plutôt été inspiré par les déboires de Donald Trump, visé par une deuxième procédure de destitution. La raison ? Nulle autre que la gestion de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Selon le chanteur, Emmanuel Macron "a manqué à ses obligations et a mis en danger la vie des Français", comme il l'a expliqué dans Touche Pas à Mon Poste ce mardi 26 janvier, se basant sur l'article 68 de la Constitution française. "Si la Haute cour de justice apporte cette preuve, il faudra qu'il soit destitué."

    Un appel délirant qui a suscité la controverse autour de la table de Cyril Hanouna. Ni une ni deux, Bernard Montiel, "extrêmement choqué", est monté au créneau. Le chroniqueur et grand ami de Brigitte Macron a rappelé que, pour destituer un président de la République, il faudrait l'aval de "58 députés et 35 sénateurs." En se revendiquant "citoyen", Francis Lalanne espère, selon ses dires, que son appel du pied sera entendu par le Parlement. Cyril Hanouna a assuré que cette demande ne sera jamais mise à exécution. Il n'a toutefois pas été au bout de ses peines puisque Nicolas Pernikoff s'est insurgé à son tour. "Je crois que vous êtes domicilié en Belgique", a d'abord lancé le chroniqueur et ex-responsable des divertissements de France 3 et France 2, "vous êtes en train de parler d'un problème en France." Piqué au vif, et comme il a pu le faire face à Jimmy Mohamed et Martin Blachier, le compagnon d'Alice a quitté le plateau de Touche Pas à Mon Poste.

    Après s'être engagé au côté des gilets jaunes, lors des élections européennes de 2019, Francis Lalanne a décidé de faire encore affront à Emmanuel Macron. Ce vendredi 22 janvier, le fantasque chanteur a lancé un appel à renverser le président de la République sur le site France Soir. Un cri de révolte inspiré du "J'Accuse" d'Émile Zola et titré "J'Appelle", révélé sous la forme d'une tribune. Dans cette dernière, il demande à l'armée de mettre hors d'état de nuire le locataire de l'Élysée puis fait part de son souhait de voir les forces militaires se constituer en "Haute cour" dans le but de le juger pour "haute trahison."

    À ses yeux, Emmanuel Macron "est en train de commettre insidieusement un coup d’État au nom de la COVID." Un acte qui pourrait bien lui attirer des ennuis. D'après l'article 413-3 du Code pénal, le fait de "nuire à la défense nationale, de provoquer à la désobéissance par quelque moyen que ce soit des militaires ou des assujettis affectés à toute forme du service national" est puni par une peine de cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :