• Indochine : de quelle maladie foudroyante est mort Stéphane Sirkis ?

    Indochine : de quelle maladie foudroyante est mort Stéphane Sirkis ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 27 février 1999, Stéphane Sirkis disparaissait subitement à l'âge de 39 ans, laissant derrière lui son frère jumeau Nicola, leader du groupe Indochine. Mais au fait, de quelle maladie est-il mort ?

    C'est un drame qui a profondément marqué Nicola Sirkis. Le 27 février 1999, alors qu'il est à Bruxelles pour l'enregistrement d'un morceau de l'album Dantecetaria, le leader du groupe Indochine apprend la mort de son frère jumeau. Âgé de 39 ans, après des années d'excès et d'addiction à la drogue, Stéphane Sirkis a succombé à une hépatite C à l'hôpital Saint-Antoine à Paris. Si pour Christophe, leur frère aîné, il s'agissait d'une overdose, il se trouve que le musicien avait contracté cette maladie à cause de ses addictions aux drogues et à l'alcool. L'hépatite C, maladie du foie engendrée par un virus, peut être bénigne ou contractée à vie, comme c'était le cas pour Stéphane Sirkis.

    "Stéphane a eu les amis qu'il ne fallait pas. Il est tombé amoureux d'une fille qui l'a entraîné dans ces dîners où il était de bon ton de recevoir 'le guitariste d'Indochine", avait confié Nicola Sirkis dans les colonnes de Paris Match en mai 2020, avant de se confier sur les addictions et excès de Stéphane Sirkis, dans lesquels il s'enlisait sous le regard impuissant de ses proches. "J'essayais de trouver des solutions, avec ma mère et sa femme (Sophie, qu'il avait épousée en 1987). On a tout tenté pour le sauver et pour qu'il évite les tentations. C'était un combat permanent, souvent épuisant. On a vraiment cru qu'on y arriverait", précisait-il à l'époque, lui qui ne voulait au départ pas l'intégrer au groupe.

    Un quotidien aux côtés de son frère qui est devenu insoutenable pour Nicola Sirkis, qui a alors constaté un fait tragique à propos de son jumeau : "Il ne voulait pas s'en sortir", déplorait-il. "La dernière chose que Stéphane m'ait dite, c'est : 'J'ai été jusqu'au bout de là où je voulais aller.' Stéphane était jusqu'au-boutiste. Vous n'imaginez pas tout ce que l'on a fait, avec ma mère, pour tenter de l'en sortir. Des dealers qui appelaient directement les studios d'enregistrement. Un moment, tu te dis : 'C'est ta vie ou c'est la sienne'. À l'époque, j'ai vu des psys qui m'ont dit : 'Pensez à vous'", a-t-il confié, lui qui avait en février dernier rendu hommage à son frère Stéphane, qui à sa mort a laissé derrière lui une fille, Lou, née en 1990.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :