• "Je me démerdais pour qu’elle soit dans le caniveau…"

    "Je me démerdais pour qu’elle soit dans le caniveau…"

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

    Jacques Dutronc était l’invité de Michel Denisot, samedi 19 juin, dans Icônes, émission diffusée sur Europe 1. L’artiste s’est confié au sujet de sa relation avec Françoise Hardy.

    Michel Denisot s'est rendu en Corse, pour précisément à Monticello, pour interviewer Jacques Dutronc dans le cadre de son émission Icônes. Un entretien qui a été diffusé ce samedi 19 juin sur les ondes malgré la grève en cours à Europe 1. Le présentateur a interrogé l’artiste au sujet des icônes qui, au cours de sa vie, ont fait de lui l'homme qu’il est devenu. Après avoir énuméré différents noms, de stars du cinéma notamment, le chanteur a tout naturellement évoqué sa relation avec Françoise Hardy, avec qui il a été en couple des années 1960 aux années 1990 et dont il est toujours marié, même s'ils sont séparés depuis des décennies. "Voilà une icône", a-t-il dit, au moment de l’introduire.

    Dans une émission précédente, la chanteuse avait déclaré au présentateur avoir écrit de nombreuses chansons pour Jacques Dutronc, mais que ce dernier ne les écoutait jamais. "C’est ce qu’elle croit", a objecté l'artiste, la voix teintée de rire. Avant de s’exprimer plus longuement sur ce point : "Je sais qu’il y en a une qui m’est totalement dédiée, elle s’appelle Voilà. Je lui parlais sur le trottoir, pour paraître un peu plus géant. Elle, bien entendu, je me démerdais pour qu’elle soit dans le caniveau…"

    Aujourd’hui encore, Françoise Hardy est l’icône de la vie de Jacques Dutronc. "Mais plus ça allait, plus la femme me filait le cafard", a-t-il nuancé, après avoir dit, par inadvertance, "le caviar". "Le caviar, c’était après, parce qu’elle a vendu je ne sais combien de disques… C’était énorme", a-t-il poursuivi, se justifiant avec humour sur ce lapsus. "Donc, à moi la Sacem !"

    À un autre moment de l’émission, Michel Denisot demande à Jacques Dutronc si son fils, Thomas, est aussi une icône à ses yeux. "Oui, oui… Non, mais c’est surtout mon fils. Je n’ai pas un amour paternel et aveugle, quoi que très très myope. Oui, il est bien, mais c’est mon fils. Point." Tous deux vont peut-être faire "une tournée", indique l’artiste. "Je vous l’annonce", dit-il ensuite au présentateur, qui visiblement l’ignorait. Avant de plaisanter : "C’est pour les impôts ! Et pour le public, bien sûr… Il n’y a pas que les impôts dans la vie."

    Prochainement, le père et le fils vont donc de nouveau chanter ensemble. "Chacun son tour et en même temps", observe Jacques Dutronc. "Comme il m’a fait refaire Le petit jardin, on le chantera sûrement en duo. Lui fera à peu près vingt chansons ; et moi cinq. Ça suffit, non ?"

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :