• McCartney : la multiplication des Paul

    MUSIQUE - De son hologramme dans le jeu vidéo Destiny à son avatar dans Yellow Submarine, en passant par les Simpson ou le vrai-faux documentaire The Rutles, l'ancien chanteur des Beatles n'a jamais cessé d'apparaître à l'écran sous diverses formes depuis cinquante ans.

    Après Tupac et Michael Jackson, Paul McCartney a le droit à son hologramme. Le chanteur de 72 ans a écrit une chanson pour le jeu vidéo Destiny: Hope for the Future. Le titre est présenté dans un clip explorant l'univers du jeu. L'ancienne star des Beatles y apparaît sous forme d'hologramme projeté au cœur même du jeu.

    La chanson est disponible depuis ce lundi, jour du 34ème anniversaire de la mort de John Lennon. L'infatigable artiste ne cesse donc pas ses productions musicales, un an après son dernier album solo New, sorti en octobre 2013. L'hologramme du clip de Hope for the future n'est qu'un des nombreux avatars de Paul McCartney. La popularité des Beatles l'a en effet conduit à se matérialiser dans de nombreux films, documentaires et dessins animés.

    Dès 1969, Paul McCartney est dupliqué en 2D dans le film d'animation Yellow Submarine de George Dunning. Il y est ainsi mis en scène dans le monde merveilleux de Pepperland avec le mythique groupe des années 60. Les Beatles ont également leur propre dessin animé à l'époque sur la chaîne américaine ABC: 4 saisons seront ainsi réalisées entre 1965 et 1967. Paul McCartney et son groupe ont ensuite multiplié les apparitions dans les plus célèbres cartoons américains: Family Guy, South Park, The Simpsons, Robot Chicken, Minus et Cortex ou encore les Super Nanas qui y consacrent un épisode complet. Chaque membre du groupe y est incarné par un célèbre méchant de la série, qui s'exprime uniquement avec des paroles tirées de la discographie du groupe composée de plus de 200 chansons.

    Paul McCartney et ses trois partenaires n'ont pas seulement été parodiés en dessin animé. Dans les années 70 les Monty Python créent les Rutles, un groupe fictif qui les pastichent hardiment. Un film est même réalisé par Eric Idle, The Rutles: All You Need Is Cash. Leurs chansons sont réinventées mais les titres restent évocateurs: I Must Be In Love, Love Life, Ouch!, Hold My Hand… Pour le rendre encore plus le réaliste, Mick Jagger et Paul Simon jouent leur propre rôle dans ce vrai-faux documentaire devenu culte.

    De nombreux acteurs également incarné l'artiste dans des biopics sur le groupe. Gary Bakewell dans Backbeat: Cinq garçons dans le vent (1994), Aidan Quinn dans Two of Us (2000) ou encore Thomas Brodie-Sangster en McCartney très jeune dans le biopic sur John Lennon Nowhere Boy (2009).

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :