• Neil Young : un nouvel album symphonique et expose ses peintures à Los Angeles

    MUSIQUE - En près de cinquante ans de carrière, Neil Young a habitué son public aux changements de cap permanents. Il en a même fait sa marque de fabrique.

    Six mois après A Letter Home, album de reprises acoustiques enregistrées avec un son rudimentaire chez Jack White, le rocker canadien propose un album à l'opposé. Storytone (Reprise/Warner), qui sortira le 3 novembre prochain, est en effet le premier de ses disques sur lequel le guitariste et pianiste ne joue d'aucun instrument. C'est en chanteur à l'ancienne qu'on le retrouve, accompagné d'un orchestre symphonique de 92 musiciens, d'une formation plus réduite de 60 musiciens et d'un big band.

    Sur l'album Harvest, le plus gros succès de sa carrière, en 1972, l'homme offrait deux chansons enregistrées avec le London Symphony Orchestra, A Man Needs A Maid et There's A World. Mais c'est la première fois qu'il grave un album entier dans ce contexte, chantant en direct avec l'orchestre, à la manière des crooners des années 1950. Les amateurs de gros son qui préfèrent l'approche crue et directe de ses disques avec Crazy Horse seront certainement désarçonnés par le son du disque. Pour eux, Neil Young propose sur un deuxième Cd les mêmes compositions dans des arrangements dépouillés. Rendues à leur simplicité, les chansons retrouvent une fragilité bienvenue.

    Entre ses combats écologiques, l'écriture de ses nouvelles chansons et ses tournées, Neil Young a le temps de s'adonner à l'un de ses passe-temps favoris : la peinture. Tout comme Bob Dylan, lui aussi artiste à ses heures perdues, le chanteur peint des aquarelles. C'est d'ailleurs lui qui a illustré la pochette de son prochain album Storytone.

    L'exposition de ses aquarelles se déroulera du 3 au 29 novembre à la galerie Robert Berman à Los Angeles, et accompagne la sortie de son livre Special Deluxe : A Memoir of Life & Cars. «Dans Special Deluxe, peut-on lire sur le site de la galerie, Neil Young a pensé une œuvre extraordinaire faite de souvenirs de son enfance au Canada, de ses influences musicales, de sa famille, de sa vie rock'n'roll et surtout de sa passion pour les voitures. À travers les nombreuses voitures qu'il a collectionnées, Neil Young explore son amour des automobiles vintage et réfléchit à l'impact négatif de ce hobby sur l'environnement.» L'exposition témoigne de son engagement pour les voitures électriques et les alternatives écologiques et dévoile pour la première fois son univers pictural mélancolique.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :