• Le juge de Bertrand Cantat trouve injuste de le penser comme un meurtrier

    Dans une interview accordée au Parisien, Philippe Laflaquière, le juge de Bertrand Cantat, s'exprime au sujet de la Une des Inrocks qui a créé la polémique.

    Quand l'affaire Bertrand Cantat refait surface. Dans son numéro de ce mercredi 11 octobre, le magazines "Les Inrocks" a dédié sa Une à Bertrand Cantat, qui a accordé une longue interview à l'hebdomadaire. Cette couverture a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux et auprès des stars, des associations féministes ainsi que des politiques. En 2003, l'ancien leader de Noir Désir avait infligé des coups à son épouse Marie Trintignant, jusqu'à la tuer. Dans Le Parisien en kiosques ce samedi 14 octobre, le juge Philippe Laflaquière revient sur cette polémique. Il avait libéré Bertrand Cantat il y a dix ans, le 15 octobre 2007. Aujourd'hui encore, il minimise les faits et défend le chanteur.

    Lorsque le journaliste lui demande ce que l'ex époux de Marie Trintignant lui a dit à propos de son geste, le juge répond : "Il a évoqué une altercation avec sa compagne, une bousculade au cours de laquelle il a été projeté contre un angle de porte. Il a éprouvé une très vive douleur dans le dos qui a provoqué en lui un soudain déchaînement de violence, de puissantes gifles dont les conséquences furent terribles." Pour lui, le choix des mots est très important, et le considérer comme un "assassin" est injuste : "Est-il nécessaire de rappeler qu'il a été condamné à Vilnius pour 'coups mortels' et non pour homicide volontaire (cette dernière qualification n'existait pas alors dans le droit lituanien) ? Il est donc inexact de le présenter comme un 'meurtrier', ou pire comme un 'assassin', toujours cette dictature de l'émotion."

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :